À travers son œuvre Barbara Thaden nous parle de ses interrogations sur l’homme et ses liens à l’Univers.
La nécessité aussi d’un renouvellement des liens entre les humains, d’une entre-aide solidaire et d’un certain retour aux sources pour faire face aussi aux défis sanitaires et sociétales.

L’artiste a un rôle important, il apporte son talent et savoir-faire afin d’embellir et enrichir nos vies, partageant sa vision des mondes subtiles.

Barbara Thaden vit et travaille entre Paris et Plounévez-Lochrist.

D’origine franco-allemande, née en 1960 à Châteaubriant, elle grandi à Cologne.
Formée à l’ École des Beaux-Arts de Brest et Rennes.

Première exposition personnelle en 1985 à Paris.
Expositions à l’étranger (Cologne, Bruxelles, Amsterdam, Rome, Amérique du Sud).

Barbara Thaden explore différents modes d’expression comme la peinture, dessin, sculpture et créations textiles (Karl Lagerfeld, Christian Lacroix, Elisabeth Garouste).

infos

Barbara Thaden Autoportrait, Fusain sur papier
Yves Michaud – Les authentiques

Yves Michaud – Les authentiques

Elle peint de très grandes aquarelles … Les couleurs ont la douceur de l’aquarelle et sa fluidité. Les images qui se dégagent sont celles de créatures marines dont les filaments flottent, ou de formes géologiques colorées, ou de ces fleurs-corolles presque minérales comme on en trouve chez Georgia O’Keeffe que Barbara Thaden admire tellement.

Jean Daive — Nue, dévêtue

Jean Daive — Nue, dévêtue

Textes provoqués par les dessins « Wasser und Salz » de Barbara Thaden, Los Angeles, été 2013.


Une ligne s’annonce au crayon
commence en précédant le commencement
dessine un pied jusqu’à la nuque et au delà
un feu bougé

Von Jürgen Kisters – Institut français Köln

Jürgen KISTERS Writer, Art Critic and Journalist, Cologne, Germany. Die in Paris und Köln lebende Künstlerin Barbara Thaden zeigt ihre Werke im Institut Francais, 2012.Innenstadt - Köln und Paris, das ist eine traditionelle kulturelle Achse. Nicht erst seit Napoleons...

Françoise Monnin — Les détours de l’infini

Françoise Monnin — Les détours de l’infini

« En commençant un dessin, je n’ai aucune idée de sa fin » : spontanée, intuitive en dépit de cinq années d’études aux beaux-arts de Brest et de Rennes à l’aube des années 80, Barbara Thaden dessine comme elle respire.
Loin des discours, des plans, elle laisse ainsi soudre un univers intime, en accuse légèrement les lignes nécessaires, les réseaux utiles.